STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE : Le RASALAO-CI sensibilise enseignants et élèves de Bouaké
Actualités Société

VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE : Le RASALAO-CI sensibilise enseignants et élèves de Bouaké

Le samedi 17 décembre 2022, le Réseau d’action sur les armes légères en Afrique de l’Ouest section Côte d’Ivoire (RASALAO-CI) avec l’appui technique et financier de l’ambassade du Canada en Côte d’Ivoire, a initié à l’auberge de jeunesse de Bouaké une activité de sensibilisation contre la violence en milieu scolaire.

C’est à travers une conférence publique que les initiateurs de cette activité de sensibilisation ont bien voulu se faire entendre. Elle avait pour thème : « Contribution du corps enseignant à la prévention et à la lutte contre la violence en milieu scolaire, notamment, la violence armée ».  

S’inscrivant dans le cadre de son projet intitulé : « L’école, un cadre d’apprentissage dans la non-violence », cette activité était pour la RASALAO-CI une occasion d’amener les enseignants à contribuer davantage à la réduction de la violence à l’école. Dans son exposé, le conférencier Raoul Adjobi, professeur de mathématiques de son état, a d’abord présenté aux participants les dangers liés à la violence en milieu scolaire, notamment, la violence armée.

Il a, ensuite, démontré que l’enseignant est en amont et en aval de la formation des apprenants. Par conséquent, sa contribution à la prévention et à la lutte contre les violences scolaires est plus qu’importante. « C’est l’enseignant qui forme l’élève, lui donne une éducation morale et psychologique. Donc, si l’enfant doit être sur le bon chemin pour devenir un bon citoyen, cela dépend de l’enseignant », a-t-il déclaré.

Aux côtés de l’animateur principal de cette conférence, le coordonnateur local des activités de RASALAO-CI, Dr. Pacôme Koffi, a invité les élèves à disposer de leurs manuels scolaires comme les seules armes qui feront d’eux de bons citoyens.

L’initiative de la RASALAO-CI vient à point nommé quand on sait que les violences en milieu scolaire ont toujours eu des conséquences dramatiques. A l’image des celles qui ont secoué récemment la ville de Bouaké, occasionnant la mort d’un élève au collège privé Berger 2 de Bouaké.

GEORGES KOUASSI

redaction@gbeke.net