STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » Botro : Désormais un festival pour promouvoir la culture Gbloh et Satiklan
Culture

Botro : Désormais un festival pour promouvoir la culture Gbloh et Satiklan

Initié depuis 2018, le FICAB (Festival International de la Culture et des arts du département de Botro) est désormais une rencontre annuelle qui va permettre aux fils et filles de Botro de promouvoir la culture et les arts de cette localité du centre de la Côte d’Ivoire.

La troisième édition du FICAB a eu lieu récemment à Botro avec la participation d’un parterre de personnalités issues de la région et de biens d’autres contrées nationales et internationales. De la première à la troisième édition, c’est un travail herculéen qui est quotidiennement abattu par le comité d’organisation. «C’est une idée que nous avions travaillée depuis longtemps. Il fallait peaufiner, voir les réalités de notre terrain. C’est ce que nous avons fait. Depuis 2018, nous avons lancé la première édition. Ça été un coup d’essai, un coup de maître », témoigne Emmanuel Amani N’guessan, fils de Botro et commissaire général du FICAB.

Le succès de la première édition ne peut qu’aiguillonner les initiateurs et leur donner beaucoup plus d’énergie pour continuer jusqu’à la troisième édition cette année.

 Selon le commissaire général du FICAB, l’objectif de ce festival est de faire de la localité de Botro, une plateforme d’échanges culturels, touristiques et gastronomiques. « Et je vous le dis à l’instar des autres, un homme qui n’a pas de culture est comme un arbre qui n’a pas de racine. Donc cette personne est perdue», a-t-il signifié.

Emmanuel Amani N’guessan qui dit savoir la place prépondérante de la culture dans le développement socio-économique d’une localité affiche déjà avec son équipe de nobles ambitions de développement pour Botro. « A travers ce festival, nous allons bien sûr développer un circuit touristique, montrer le savoir-faire culinaire de nos ancêtres qui a été perpétué, et puis ensuite ressusciter toutes ces danses qui sont en train de mourir, ressusciter toutes ces pratiques culturelles. Et tout ça remettre à la lumière du monde….qu’on permette de savoir qu’à Botro, nous avons beaucoup à présenter sur tous ces différents éléments au niveau international », a-t-il déclaré.

Rappelons qu’à l’issue de cette troisième édition du FICAB, le président des artisans de Diabo, Yao Koffi Gédéon, tisserand de son état a décroché le prix du meilleur artisan 2021 du département de Botro. Ce qui lui vaudra le mérite de prendre part aux prochaines expositions qui auront lieu à la chambre des métiers de Côte d’Ivoire.

A en croire Emmanuel Amani N’guessan, après trois éditions, la prochaine édition du FICAB s’annonce comme celle de la maturité avec des innovations de taille. « Nous sommes déjà au laboratoire. Il y a déjà des innovations qui sont arrêtées. Nous y travaillons et j’appelle toutes les sensibilités à venir massivement, parce que ça sera l’édition du ouf et nous y travaillons sérieusement », a-t-il promis.

Après donc le Popo carnaval de Bonoua, l’Abissa de Grand-Bassam, le FICAD de Daoukro…, le FICAB de Botro se positionne indubitablement comme un autre pôle d’attraction en termes de festival en Côte d’Ivoire avec lequel il faudra désormais compter.

 GEORGES KOUASSI

redaction@gbeke.net

A propos de l'auteur

Gbeke.net

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire