STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » Niakaramandougou : Les cadres d’une ONG du Hambol traduisent leur fierté au ministre Thomas Camara
Développement

Niakaramandougou : Les cadres d’une ONG du Hambol traduisent leur fierté au ministre Thomas Camara

photo

L’ONG  “Action pour la fraternité et la cohésion sociale”, par la voix de son président, Clément Ouattara, a traduit dimanche 29 août  2021  à Niakara,  sa fierté, son admiration et son soutien au ministre des Mines, du pétrole et de l’Energie, Thomas Camara, pour son esprit de rassemblement et de cohésion, son engagement citoyen et sa proximité avec toutes les populations de cette division territoriale. C’était au  stade Nanlo Bamba de Niakara, lors de la finale de la 6ème édition des Journées de la Fraternité et de la cohésion du Hambol (FRATCO’H), une initiative de ladite ONG.

Le président de l’ONG, Clément Ouattara, s’est réjoui de la confiance du Chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, à l’égard du député-maire de Katiola, Thomas Camara, qu’il a nommé d’abord à la Société ivoirienne de raffinage (SIR) et ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, au sein du Gouvernement conduit par le Premier ministre Patrick Achi.

“C’est un grand honneur, une fierté indicible pour la région du Hambol et c’est aussi la reconnaissance de vos qualités d’homme, de votre sens élevé de la responsabilité, du dévouement au travail bien fait, de votre gestion minutieuse des hommes et des choses publiques, de votre engagement soutenu aux côtés de vos concitoyens, dans l’humilité, le respect des autres et l’amour du prochain , a-t-il révélé, arguant que le Président Alassane Ouattara  ne nomme pas les gens à tout hasard.

M. Ouattara a  aussi traduit le soutien accru et l’engagement sans faille de tous les chefs traditionnels, des guides religieux, des cadres et élus ainsi que des populations du Hambol  au ministre Thomas Camara qui a été fait parrain permanent de l’ONG action pour la fraternité et la cohésion sociale.

“Il y a un temps pour faire la politique et un temps pour parler de développement”, a-t-il conclu.

SOURCE : A I P