STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » Katiola : Le comité de gestion de la réserve du Haut Bandama s’engage contre l’orpaillage clandestin
Environnement

Katiola : Le comité de gestion de la réserve du Haut Bandama s’engage contre l’orpaillage clandestin

Le comité de gestion locale de la réserve de faune et de flore du Haut Bandama s’est engagé vendredi 29 octobre 2021, à l’issue d’une réunion bilan du troisième trimestre, à renforcer la sécurité, la sensibilisation et la surveillance.

Le but est de cet engagement est de mettre fin au phénomène de l’orpaillage clandestin et à toutes autres activités nocives dans cette aire protégée.

Outre la destruction de plusieurs sites d’orpaillage par les forces de sécurité, le comité de gestion locale (CGL), présidé par le préfet de région du Hambol, Kouamé Bi Kalou Clément, a évoqué à travers le rapport de son secrétaire général, le lieutenant-colonel Kouadio Kouadio Rémy, la nécessité de mettre l’accent sur la lutte contre le braconnage.

 La réhabilitation des voies d’accès à ces sites devenues impraticables était également à l’ordre dujour, ainsi que le renforcement du personnel et des équipements en termes d’armement et de moyens de transport pour rendre plus efficace le travail de surveillance.

A ce niveau, cinq missions de surveillance ont eu lieu dans les localités de Fronan, de Bouandougou et de Tortiya sur 725 km soit 30% de la réserve.

Au cours de ces patrouilles, dans les zones d’agression, les forces de surveillance ont détruit non seulement des sites d’orpaillage et incendié des cabanes, mais ont conduit des séances de sensibilisation dans les localités de Latokaha et de Niakara pour encourager les populations riveraines à s’impliquer dans la protection de la réserve, notamment de sa faune et sa flore.

Avec la fermeture des sites d’orpaillage de Kafiné et de Lafigué, les orpailleurs se sont retrouvés massivement dans la réserve et dans les forêts classées. D’où la nécessité, selon le comité, de mettre en œuvre des micro-projets pour réduire de manière substantielle les agressions contre la réserve.

La réserve de faune et de flore du haut Bandama a une superficie de 122 162 ha et est dirigée par le capitaine N’drin N’drin. Sa mission est d’assurer la protection de la réserve, avec l’objectif de contribuer à la gestion participative de la réserve par l’implication des différents acteurs, dont les populations riveraines.

SOURCE : AIP