STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » Côte d’Ivoire/Energie: Bientôt du biocarburant à base de sous-produits agricoles
Actualités Développement Environnement

Côte d’Ivoire/Energie: Bientôt du biocarburant à base de sous-produits agricoles

Dans le cadre de sa politique énergétique, la Côte d’Ivoire s’est résolument tournée vers la valorisation des sous-produits agricoles tels que les graines d’hévéa, les épluchures de manioc, les déchets de bananes, les fientes de volailles et bien d’autres  dans la fabrication de biodiesel. Une importante étape de ce projet a été franchie avec la signature d’un accord tripartite entre l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader), TotalEnergie Marketing  Côte d’Ivoire et la société suédoise Scania.

Cet accord de partenariat entre les trois entités intervient suite aux résultats concluant d’une étude de valorisation des sous-produits agricoles en Côte d’Ivoire, restituée en février 2020 à Abidjan par l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader).  

Ce projet de biocarburants destinés  à ravitailler les véhicules de transport public de la capitale économique ivoirienne verra sa phase pilote  engagée avec TotalEnergie Marketing comme partenaire technique et industriel pour la production de biodiesel à base de sous-produits agricoles dont l’Anader assurera l’approvisionnement.  Outre la mise en production, le biodiesel produit sera testé dans un autobus de la marque Scania de la Société des transports d’Abidjan (Sotra).

Le projet, qui a bénéficié du soutien du Royaume de Suède via Swedfund, contribuera par des transports plus propres à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à une valorisation des sous-produits agricoles, donc à une hausse des revenus pour les agriculteurs. 

Comme autres avantages, il permettra de dégager des revenus supplémentaires aux producteurs et aux transformateurs de produits agricoles. La production estimée sera de 63 millions de litres de biodiésel à partir des graines d’hévéas et permettra par la même occasion de produire d’autres éléments à valeur ajouté tels que la peinture, le savon, etc.

L’impact économique annuel de la valorisation du biodiesel est estimé à 42 milliards de FCFA (€ 64 millions) par an, une fois à maturité. Cela contribuera à diminuer les importations de diesel de 63 millions de litres par an à terme, à créer  420 nouveaux emplois (20 par usine de biodiésel) et 10 000 emplois saisonniers pour les femmes et la jeunesse -par usine.

GEORGES KOUASSI

redaction@gbeke.net