STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » Bouaké : Traoré Zakaria s’engage pour la redynamisation du sport
Interview Sport

Bouaké : Traoré Zakaria s’engage pour la redynamisation du sport

photo

Après avoir fourni de grands joueurs à la Côte d’Ivoire dans les années 70-80, Bouaké est en perte de vitesse sur le plan sportif. Traoré Zakaria, ancien joueur de l’Africa Sport d’Abidjan et de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire, fils de Bouaké et président fondateur du Club Sportif de Bouaké (CSB) entend apporter un second souffle au sport en général et au football en particulier à Bouaké. D’où l’organisation d’un tournoi dénommé ‘’Tournoi CSB’’. Pour en parler il a été joint au téléphone par la rédaction de gbeke.net. Un extrait de l’entretien.

Bonjour Monsieur Traoré

Bonjour Monsieur

Présentez-vous s’il vous plait

Je suis Traoré Zakaria, ancien joueur de l’Africa Sport et de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire. Je suis le président fondateur du Club Sportif de Bouaké et je représente une institution internationale italienne qui est l’Association Internationale pour la Culture et le sport (AICS). C’est dans ce cadre-là que je suis chargé des relations avec les institutions ivoiriennes pour organiser des manifestations sportives et culturelles au niveau de la Côte d’Ivoire.

Dans ce contexte vous organisez un tournoi actuellement à Bouaké. Dites-nous un peu plus sur ce tournoi.

Il s’agit du tournoi des U15 et U16, les plus jeunes. En marge du tournoi, il y a l’équipe de la gendarmerie, l’équipe du 1er bataillon du Génie, et puis il y a les U18 de mon club. Pour l’instant ce sont trois équipes qui jouent  les matchs de gala en marge du tournoi lui-même.

Quel est l’objectif de ce tournoi ?

L’objectif déjà c’est de rapprocher la jeunesse de Bouaké et essayer de redynamiser le sport à Bouaké. Parce que quoi qu’on dise, nous sommes de Bouaké, on est né à Bouaké, on a grandi à Bouaké. Avant, on sait que pratiquement tous les internationaux, que ce soit en handball, que ce soit en football venaient de Bouaké. Dans le temps c’était ça. Mais aujourd’hui, le football est endormi. Le sport même est endormi. Donc on essaie par rapport aux possibilités qu’on a, de donner un peu plus de dynamisme à ce sport-là, en particulier le football. On veut essayer de relancer les choses à Bouaké.

Hormis ces trois équipes que vous avez citées comme étant celles qui jouent les matchs de gala, quelles sont les autres équipes qui disputent le tournoi ?

Il y a l’équipe de SANTOS, il y a l’équipe de CFAGB, il y a l’équipe de Tingréla et mon équipe à moi, le Club Sportif de Bouaké. Ces quatre équipes vont jouer un championnat, pas de phase éliminatoire. En marge de cela, il y a la gendarmerie, 1er Bataillon Génie et mes U18 qui jouent des matchs de gala.

Comment ces équipes ont-elles été retenues pour prendre part à ce tournoi ?

Déjà j’ai fait passer une annonce sur les réseaux sociaux qui a été relayée par quelques amis. Ce que j’ai oublié de dire c’est que je suis dans l’équipe de campagne de Didier Drogba. Du coup on a plusieurs groupes qui partagent souvent nos post. Donc c’est comme ça qu’on a pu échanger pour réunir ces équipes. Il y a certains clubs d’Abidjan qui étaient engagés mais au dernier moment ils ont trouvé qu’ils n’avaient pas assez de moyen pour effectuer le déplacement. Finalement c’est l’équipe de Tingréla qui est venue. Donc les invitations sont relancées pour l’édition prochaine.  Dans ce tournoi, tout ce qu’on organise ici, est repris sur le site officiel de l’AICS (Association Italienne pour la Culture et le Sport).   

Est-ce-que le nombre d’équipes participantes à ce tournoi varie en fonction des éditions ou alors c’est un nombre statique ?

La première édition il y avait quatre équipes. Et maintenant il y en a plus. Chaque année on va aller en puissance, parce qu’après on va ajouter des équipes des autres pays. Comme moi-même je suis entraîneur en France, je suis en train de travailler dans ce sens pour voir si on  peut faire venir des équipes de là-bas.

On sait que la compétition a commencé depuis le samedi dernier. Nous sommes présentement à quelle étape ?

Nous sommes à l’étape des deuxièmes matchs.

Avez-vous un message à l’endroit du public sportif de Bouaké ?

Le message que je voudrais adresser aux populations de Bouaké, c’est de se mobiliser pour qu’on relance le sport à Bouaké. Tout le sport en général, moi comme je suis dans le milieu footballistique, je vais un peu mettre l’accent sur le football, mais j’exhorte tout le monde à vraiment redynamiser le sport à Bouaké. Le sport est un grand vecteur de rapprochement et d’unité. Ce que le sport est capable de faire, je pense que la politique n’est même pas capable de faire. Donc ça peut être un grand vecteur de développement de la ville. Il y a beaucoup de jeunes quand même qui ne travaillent pas. Par le sport, on peut arriver à leur donner de l’espoir. Et le but de ce tournoi-là c’est surtout de donner de l’espoir aux jeunes. Dans ce cadre-là  je lance un appel aux populations et aux autorités de Bouaké à nous apporter leur soutien.

Monsieur Traoré Zakaria, merci.

C’est moi qui vous remercie.

Interview réalisée par GEORGES KOUASSI

A propos de l'auteur

Gbeke.net

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire