STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » Bouaké : des villages sensibilisés à des techniques pour éviter l’éléphant ‘’Ahmed’’
Société

Bouaké : des villages sensibilisés à des techniques pour éviter l’éléphant ‘’Ahmed’’

photo

Le Chef de Cantonnement de Bouaké a conduit le 20 août 2021, une mission de sensibilisation dans les villages riverains à la position de l’éléphant “Hamed” et dans les villages où il est passé.

La délégation en mission était supervisée par le Sous-préfet de Brobo et composée des agents de la DREF et du CEF de Bouaké, du PEF de Brobo et du PEF de Satama-Sokoro.

3 villages de la sous-préfecture de Brobo que sont Sabaribadougou, Kouamekro et YaoAmoinkro, et le village Gbamakro dans la sous-préfecture de Satama-Sokoro ont été visités.

La sensibilisation a porté sur les techniques de refoulement et de protection des habitations et des cultures par la technique dite des ”briques en piments” et celle de la ”clôture en piments”.

Elle a également porté sur les comportements à éviter en présence de l’éléphant. Il faut par exemple Eviter de donner de la nourriture à l’éléphant, de l’approcher, de le suivre, et de fréquenter ses zones de présence. Cette mission de sensibilisation a été également mise à profit pour le recensement des victimes de la présence de l’éléphant dans ces différents villages.

Notons que pendant cette mission, la circulation des biens et des personnes se déroulait normalement sur l’axe Bouaké- Satama Sokoro. L’éléphant était en forêt entre les villages de Yao Amoinkro et Gbamakro.

Pour la petite histoire Ahmed vivait à l’origine à Daloa dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire et a été déplacé avec trois de ses congénères au parc national d’Azagny (sud) en 2014. L’animal aurait ensuite quitté son groupe en 2016, avant de rejoindre la région de Guitri, où il a commencé à faire parler de lui. Il a alors pillé pendant plusieurs années des cultures et des fûts d’alcool artisanal, détruit des bâtiments et des véhicules avant d’être finalement placé en septembre 2020.dans la réserve N’zi River Lodges , une réserve naturelle de biodiversité privée, situé à 45 km au nord-est de Bouaké.

Mais l’éléphant semble avoir conservé ses vieilles habitudes. Depuis plusieurs mois, la présence de ce pachyderme surnommé ‘’Ahmed’’ pose problème à de nombreux villageois et agriculteurs dans la région du Gbêkê.

Espérons qu’une solution définitive soit trouver pour canaliser ‘’Ahmed’’ avant qu’il ne soit abattu quelque part dans la nature.

SOURCE : MINEF