STAGES/EMPLOIS ANNONCES
Accueil » Bouaké : Coach Laroche invite les populations à la pratique du sport
Interview Sport

Bouaké : Coach Laroche invite les populations à la pratique du sport

photo

En prélude à la 6ème édition du fitness party prévu ce samedi 14 août 2021 à la place de la paix de Bouaké, la rédaction de gbeke.net a joint par téléphone Monsieur Gnalla Laroche, plus connu sous l’appellation Coach Laroche, président de la ligue de la fédération ivoirienne de fitness et des sports aérobics section de Bouaké. Il invite les populations à la pratique régulière du sport. Suivons l’intégralité de l’entretien.

Bonjour Coach

Bonjour Monsieur

-Présentez-vous aux internautes de gbeke.net

Je suis Coach Laroche, c’est sur ce surnom que tout le monde me connaît. Sinon à l’état civil c’est Gnalla Laroche, biologiste de formation, passionné de fitness, président de ligue de la fédération ivoirienne de fitness et des sports aérobics section Bouaké.

-Vous organisez la 6ème édition d’une activité dénommée fitness party. Qu’est-ce que c’est exactement ?

Il faut dire que sur l’ensemble du territoire, la fédération ivoirienne organise un fitness party, c’est dire un fitness grand public, ouvert à tout le monde. Ce que nous faisons en salle, cette fois-ci nous le déportons dans un plein air avec tous les coaches. C’est comme ça sur tout le territoire ivoirien.  Nous faisons ces activités-là  chaque fin du mois. Donc une activité plein air ouvert au grand public.

Quand vous dites que cette activité est exercée sur l’ensemble du territoire, est-ce que vous êtes en train de nous dire que cela se déroule de façon simultanée partout ?

Généralement, selon les statuts et règlements, elle se tient chaque deuxième samedi du mois. Mais souvent il y a des contraintes ou des réalités du terrain qui font que par moment, certains décalent un peu. Sinon généralement c’est le deuxième samedi de chaque mois sur tout le territoire.

-Pourquoi un sport qui se pratiquait en salle s’est subitement déporté en plein air ?

Je pense qu’au niveau national, les gens ont réfléchi et ont vu que les salles étaient chères, il y a une certaine chaleur en salle, la population un peu démunie n’avait pas cette possibilité-là de faire le fitness en salle. Donc on a réfléchi, puisque nous sommes là pour le bien-être des populations.  On s’est dit, il faut qu’on s’approche de la population afin de lutter contre les maladies métaboliques. Les maladies métaboliques ne sont pas seulement dues aux personnes qui ont l’argent. Tout le monde est exposé aux maladies métaboliques telles que l’AVC, le cancer, l’hypertension, le stress et tout ça. Tout le monde est victime de ces maux-là. Donc au niveau national, nos responsables ont réfléchi et ils ont décidé qu’on se rapproche plus de la population afin de jouer notre partition dans la lutte contre les maladies métaboliques.

-Quelles sont les différentes disciplines qui sont pratiquées lors du fitness party ?

-Il faut dire que notre activité est uniquement le fitness. Nous avons quatre disciplines à présenter : le body attaque qui sollicite beaucoup le cœur, le L.I.A ( Low Impact Aerobic )  qui sollicite moins le cœur mais qui agit sur le muscle qui est travaillé. Il y a aussi la danse sportive et un espace ouvert 20 minutes pour les séances d’abdominaux. C’est un peu ça que nous allons présenter ce samedi 14 août aux populations de Bouaké de 06h30 à 08h30 à l’espace la Promenade, également appelé place de la paix. Nous mettons ça sous l’égide de l’indépendance, puisque nous sommes dans le mois d’août. Pour nous, nous allons célébrer l’indépendance de façon sportive.

-Quelles catégories de personnes sont appelées à prendre part à ce fitness party ?

-Il faut dire que le sport en général est fait pour tout le monde. L’OMS dans son récent rapport a démontré au monde entier que le sport est une nécessité. Donc personne n’est épargné. Le sport est fait pour tout le monde et à tout âge. Les coaches sont outillés dans ce sens-là pour recevoir tout le monde. Que ce soit les jeunes, les adultes ou les vieillards, tout le monde va trouver son grain de sel dans nos différentes activités que nous allons présenter.

-Comment les populations de Bouaké réagissent-elles généralement face à ce fitness party que vous leur proposez ? 

-Il faut dire que je suis arrivé ici en 2019, affecté en tant qu’agent de la santé. Je pense que l’approche a été vraiment difficile dès le début parce que les populations n’étaient pas réceptives à ce genre d’activité. Mais par ma persévérance et le recrutement des coaches que j’ai fait, avec notre style de travail qu’on avait à Abidjan, j’ai essayé  de former les jeunes gens, les collègues, des amis dans ce sens-là, et nous avons travaillé dans le style d’Abidjan. Au début, c’était difficile, mais aujourd’hui nous sommes à 350 à 400 participants. Donc je pense qu’à notre 6ème édition nous allons faire mieux que ça.

-Faire mieux que ça, c’est dire que vous attendez combien de participants pour cette 6ème édition ?

-On s’attend à 500 personnes. On ne se glorifie pas. On fait juste un pas en avant. Nous étions à 300 à 400 personnes aux éditions passées. On espère atteindre 500 personnes pour cette édition. Comme la population est réceptive maintenant, ça devient une nécessité.

-Quelles sont les conditions de participation à cette activité ?

-Avant, c’était ouvert gratuitement, on ne payait pas. Nous sommes en train de faire un essai afin que les populations viennent avec une modique somme de 500 f pour nous aider à pérenniser l’activité. Parce qu’il faut payer le podium, la sono, le DJ, les photographes, donner de l’eau à boire, ça nous fait beaucoup quand même. Donc nous voulons tendre la main à la population. Donc la participation est de 500f plus deux bidons d’eau minérale. Mais il faut dire que la séance est gratuite.

-Quels sont les avantages procurés par cette activité ?

-Aujourd’hui, on n’a plus de publicité à faire au niveau du sport. Nous sommes tous unanimes que le sport est bon pour la santé. Il y a aujourd’hui une propagation des maladies non transmissibles. Avec la pratique régulière du sport vous constatez que ça baisse le taux de contraction de ces différentes maladies. Donc je pense que c’est l’idéal aujourd’hui de faire le sport trois fois par semaine, revoir un peu son alimentation, et puis ça passe.

-Avez-vous un appel à lancer à l’endroit des populations?

-L’appel que j’ai à lancer à l’endroit des populations, c’est de prendre au sérieux le sport et de se décider à le pratiquer de façon régulière. Pratiquer le sport régulièrement est une nécessité de nos jours, parce qu’il y a trop de maladies à nos portes. Je pense que les choses sont simples. Pratiquer le sport trois fois par semaine, boire régulièrement 1,5 litre d’eau par jour, dormir 8 heures de sommeil par jour stabilise la santé. Donc on invite tout le monde au sport et à s’y mettre sérieusement.

-Nous sommes au terme de cet entretien. Quel serait votre mot de fin ?

-Ce que j’ai à dire à la population de Bouaké, c’est qu’il n’y a que la répétition jour après jour sans relâche qui apporte le résultat positif. C’est tout ce que j’ai à dire.

-Coach Laroche, merci.

-Merci à vous également.

Interview réalisée par GEORGES KOUASSI

A propos de l'auteur

Gbeke.net

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire